Littérature poésie arts plastiques ateliers d'écriture

LIRE UN PEU

CE QUE LE BLEU SOULÈVE

Sophie Braganti, CE QUE LE BLEU SOULÈVE

*

Dalin dalan, éditions Grandir, Papiers coupés 2018

Collection Papiers coupés Grandir. Avec des illustrations de Grazia Restelli.
35 €

Elle se balance sur ton pied

à califourchon et tes charentaises

comme ta langue

Dalin dalan sur les orteils

*

Le temps que j’ai devant

le temps que j’ai derrière

j’en parle à l’abeille

butine tout tout de suite

*

Elle te l’a dit cent fois

l’assiette avec la tranche rouge qui baigne

c’est le crin blanc de ses histoires 

elle la mangera pas

(inédit)

*

La balançoire mouvement perpétuel

poussée de fesses

va-et-vient de jambes tendues

et le tout bien balancé

*

C’est par la pointe à la renverse des pieds

que tu voulais toucher le ciel tu criais

plus fort qu’un grincement de cordes

dalin dalan et chapacan

*

Des longs cheveux tombés le va-et-vient

ratissent

les tiges vertes tendues et drues de mai

ce qui monte ce qui tombe tout se rejoint à la fin

*

Jauni il est mort

avec ma mère

j’avais Jauni dans le biberon

et ma mère

(inédit)

*

La barbe à papa ne m’a

jamais fait penser à mon père

ni la fausse en coton du père noël

jamais à mon père

*

La petite qui aimait les planches

quand elle sautait ça faisait du bruit

les fers sous les semelles de bois

cloc cloc de poulain fou

*

ECRIRE DES IMAGES (extrait, inédit)

 

Serions-nous des mégapodes ces poules aux grands pieds qui pondent dans la cendre au bord du cratère encore tiède

 

Il va falloir que tu choisisses ton camp celui avec qui tu partages rien sauf ta vie

 

Si le plus dur c’est de durer est-ce que le plus mou c’est de mourir

 

Ciel irrité œil rouge

 

Ecouter à la loupe des choses louches

 

J’ai tourné le dos au travail comme le printemps à l’hiver

 

J’ai vu ton sentiment passer aussi vite qu’une mode et revenir comme reviennent les modes

 

Dans le bus on avance vers l’arrière

 

Entendu ou lu ou réinventé ce ciel zébré d’un zut

 

La secrétaire elle m’appelle m’épelle me pèle les lettres de mon nom dans sa bouche des épluchures à la pelle

 

Les bruits du monde ne me parviennent pas dans le bruit

 

Comment dessiner la terre qui tremble

 

Où sont passés les anti-Cloclo les anti-foot des années 70

 

Je vais m’habiller je vais habiller mes mots de couleurs et de cache-misère

 

Tu as fermé la porte la cafetière est encore tiède

 

Je suis la moitié de quelque chose – un siècle – mais être aussi la moitié de quelqu’un est-ce que ça double mon potentiel

 

Gâteau gâtée gâteuse ça se décline

 

Avoir déjà vécu un demi siècle avec l’espoir d’en vivre un second le dernier en principe

 

Travailler à ne plus être travaillé par la question du travail j’y travaille

 

Si on met un peu d’air dans la dame ça fait pas un drame

 

Des mots en embuscade le terrain est miné moi aussi

 

Le chat aussi bat de l’aile mais c’est le martinet qui s’agite entre ses dents

 

Crash du samedi soir boulevard Tzarewitch froissement d’ailes et le couvercle de la nuit

 

Les couleurs n’ont pas de contraires de forces antagonistes d’attractions de répulsions

 

Croire en Dieu si ça fait pas de bien ça fait pas de mal dit ma cousine alors c’est comme l’homéopathie Croire en dieu

 

On n’a jamais eu autant de talk show en access prime time, il y aura huit talk show dans la prochaine grille de la rentrée

 

Il était comme à son cou son patchouli tonique à petites doses sédatif à fortes doses

 

A la radio il y a de la fuite dans les idées et le vent violon

 

Dans ma tête c’est comme dans l’appartement il n’y a pas assez de silence pour entendre le bois craquer

 

Les pauvres font souvent de la cuisine riche

 

Une course dodécaphonique la vie

 

Je suis à fleur de peau mais je n’ai pas la peau d’une fleur

 

Moi Madame je le connais Rimbaud il a tourné dans des films américains

 

S’accrocher aux branches de joie

 

Fuir tout ce qui me décède

DSCN5085.jpg

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s