Littérature arts ateliers d'écriture

Nouveau

JEAN-BAPTISTE GANNE À DOLCEACQUA (D.A.C)

TRIANGLES NOIRS SUR FOND BLANC

https://dolceacquaartecontemporanea.wordpress.com/jean-baptiste-ganne-triangoli-neri-su-fondo-bianco/

IMG_3548.JPG

Quelques kilomètres panoramiques avant d’arriver au pied des blockhaus rénovés et transformés en atelier, espace à vivre et centre d’art par l’artiste, galeriste, éditeur Tilman (seulement homonyme du poète-artiste Pierre) à côté de Vintimille.

2015-09-20 15.24.06.jpgIMG_3555.JPG

2015-09-20 15.31.22.jpgIMG_3560.JPGIMG_3562.JPG

Convivialité.Tablier de cuisto et risotto à l’encre de seiche. On sent la mer. Celle à quelques encablures où nagent les seiches et d’autres corps. Une installation de l’artiste Jean-Baptiste Ganne. Magnéto vintage customisé pour entendre et deviner la bande son des Stones altérée, d’une chanson au titre qui vient en résonance et à la vitesse ralentie d’un vieux tourne-disque : « Paint it black ».

IMG_3558.JPG

IMG_3549.JPG

Jean-Baptiste Ganne joue comme il sait le faire, en incorrigible enfant turbulent, au sale gosse qui désobéit, joue des contrastes et des contrepieds ou contre-poids. Le masque de l’anarchiste et du bad boy. Hors des cadres liberticides. Ici. Un combat qui infiltre en continu, avec la même pugnacité, la rage, la nuit, la rue, des procédés esthétiques minimalistes convaincants. La poésie. Ni élégie, ni épilogue. Des murs affluent des mots. Les murs ont des oreilles. Une voix. Celle du militant masqué qui tait sa colère, passe à l’acte, à sa manière, voie de l’art qui creuse un sillon en sourdine. Un propos direct et insinué à la fois. D’un mur de ce bâti militaire de la seconde guerre mondiale, on devine plus qu’on ne lit trois mots. Réplique d’un tag découvert et photographié par JBG à Dolceacqua. Ces trois mots proposent plusieurs lectures possibles. Comme si du sens de ces triangles noirs autant que des mots, le spectateur n’avait qu’à choisir son camp : ORA / BASTA / REVOLUZIONE.

IMG_3551.JPG

IMG_3550.JPG

Trois mots qui se décomposent en : Ora, basta revoluzione ! Ou bien en : Ora basta ! Revoluzione ! Cela dépend ou vous voudrez bien poser votre ponctuation. Ce sont aussi trois vers aponctués où le simple passage à la ligne oriente la lecture avec ses pauses.

A côté du clin d’oeil musical rebelle, il y a celui à Malewitch. On se souvient du célèbre monochrome révolutionnaire suprématiste, Carré blanc sur fond blanc de 1918 et plus tard du Carré noir sur fond blanc. On se souvient des engagements des artistes russes et des nouvelles propositions sociétales qui ont été opprimées. Avec cela j’ai pensé aux messages de paix tibétains et à leurs banderoles colorées qui valent pour drapeaux de prières. Ils flottent dans le vent comme leurs messages. Dans le sang noir d’implacables combats. D’encore.

 

LECTURE/RENCONTRE DIGNE-LES-BAINS

20160318_sb_volcans_01.jpg

Affiche Braganti Sophie (1)

LIBRAIRIE LA RUELLE

VENDREDI 22 AVRIL à 19 H

Je lirai des textes, poèmes aux éditions Gros textes et des inédits

 

bbetes_tap.jpg

 

BEN EXPOSE LANNEAU CHEZ EVA VAUTIER

Exposition au premier étage, l’invité de Ben : Patrick Lanneau

Vernissage vendredi 22 avril avec Les visiteurs du soir.

f111f2b6d17d51cb32ba2fca421e88ea93418386.jpeg

http://d19cgyi5s8w5eh.cloudfront.net/eml/L2NT64lpRyeu9pdf8abXXw?e=braganti.sophie%40orange.fr&a=3-Izlwv8S1qki67SyMcRnw&f=&t=1

Dans sa peinture polychrome qui s’inscrit dans le temps et la durée, le paysage n’est pas la nature mais une nature. Toniques les énergies se fondent dans une peinture sans matière, car la matière est cette alchimie des lumières qui dessinent des plans perturbants, des assises instables. La force de Lanneau, homme et peinture, sa grande force, sa marche sans emphase, ni lyrisme, c’est la grâce. Il peint la grâce. Il peint le poids d’atteindre au bout de 50 années de recherches et de pratiques incessantes, cette petite lumière de l’oeil et du regard qui rend légère, la longue route et ses tourments.

Rien ne l’aura détourné de son essence, sens propre et figuré, si solitaire, si personnelle, jusqu’à disparaître, faire disparaître dans la peinture, la figure de l’humain. L’humain s’efface dans le geste, la trace qui proposent un nouvel espace mental. Faire ordre du désordre.

Tout glisse sur elle dans les papiers, toiles, bois, vidéos ; les modes, les dictats et les concepts d’école. Et nous voilà comme ces bois flottés qui redécouvrent l’air. Le goût de l’air. La forme de l’air. Ses saveurs.

 

Image

DANS L’ABBATIALE DE BOSCODON

C’était le 2 avril à l’abbaye de Boscodon. Avec des ponctuations sonores d‘Eric Caligaris et son phonopovera (Drap, torchon, balai-brosse, lave-pont, vitre et lave-vitre, chiffon, bassine, seau…). Merci à la communauté et à l’Association des amis de Boscodon.

B05.jpg

Laver par terre
comme dans une publicité
où les parfums traverseraient l’écran
une danse entre soi et l’idée que l’on se fait
du propre
un pas de deux une enjambée des petits pas
que le seau accompagne
passage d’une pièce à l’autre
territoires
d’un visage à un souvenir
un geste mal contrôlé et on chavire
avec les reliques
et parfois se cognant à un meuble
toucher terre
c’est quelqu’un qui se rappelle
avec un cheveu

on avait tout oublié
dans la valse de la serpillière
sans savoir que ce qu’on ramasse
dans le fond brun de l’eau
tremble

B04.jpg

Changer les draps

 

aplats de blancs ou de couleurs
Poliakoff De Staël Debré claquent au vent
voiles tendues pour le corps en voyages

la housse va comme un gant
le lin a rejoint ma grand-mère
tout chiffonné

à terre
la masse à laver
se fait oublier presque
s’enroule sur elle-même
le chat s’y love
et moi avec
et toi tu fais quoi

B02.jpg

La lessive

 

j’ai connu la lessiveuse sur la terrasse
pour le bain du mercredi au soleil
les bouillonnements au grand air sur le feu
les cloques le trouble du savon de Marseille
l’odeur du linge au bord de rendre l’âme
tout annonçait les claques dans le large des draps
l’étendoir trop haut pour nos épingles à linge
les parties de cache-cache

dans la machine elle blanche
on aime le tambour aux allures de ventre
qu’on préfère remplir
bourrer même
on tourne en rond
on se secoue avec le compte à rebours
le rinçage en secret l’essorage en relais

une pauvre chose mouillée
tient dans le creux de la main
on étire la boule cabossée
mieux
on la détend sans la déchirer
comme un pardon
B01.jpg

Vider la corbeille d’un Mac

 

souris blanche
clic clic
ouvrir
chez soi
assis
sans odeur
ça glisse
poubelle virtuelle
propre
icône lisse
écran
ce qu’elle contient
on ne sait plus
on n’a jamais su
un clic
vider
un son aphone
comme un baissé de rideau
quitter
fermer
éteindre

B03.jpg

K.Otidiennes, Triages anthologie 2010, éditions Tarabuste

Résidence (part 2) : ABBAYE DE BOSCODON

IMG_2329.jpgIMG_2316.jpgIMG_2314.jpg
IMG_2316 (1).jpg

Après Malaucène (Vaucluse), l’abbaye de Boscodon (Hautes-Alpes) avec ce programme dans la neige, entourée par l’Infernet (enfer), le Merdosus (mauvais) ou Bragousse et le Colombier (doux) qui sont trois rivières et la forêt où dit-on, l’air serait le plus pur d’Europe !

IMG_2287.jpg

IMG_2289.jpg

IMG_2292.jpg

En plus, les murs me parlent.

IMG_2378.jpg

IMG_2362.jpg

IMG_2364.jpg

Et des rencontres. Une association, des soeurs et des frères, des laïques et des pas laïques, une librairie, des archives, des chats. Surtout un. Il a des yeux bleus.

IMG_2409.jpgIMG_2386.jpgIMG_2416.jpg

Comme lui, je suis devenue mystique.IMG_2449.jpg

IMG_2299.jpgIMG_2300.jpg

Ecrire.

Déjà les stigmates ?

IMG_2457.jpg

http://bibliotheques.hautes-alpes.fr/vos-bibliotheques/nos-projets/residences-de-creation/383-residence-de-creation-sophie-braganti

 

 

UN AMOUR AVEC DEUX BRAS

Le début du livre des poèmes de DONATELLA BISUTTI aux ÉDITIONS LIETTE COLLE. Traduction SB.

Parution chez RECOURS AU POEME.

http://www.recoursaupoeme.fr/essais/donatella-bisutti/sophie-braganti

En résidence d’écriture

Trois mois de résidence m’attendent avec la DRAC PACA et les BDP de Sorgue, Gap et Digne, de février à mai. Au milieu, La semaine de la poésie à Clermont-Ferrand en mars.

IMG_0434.JPG

Programme :

http://lasemainedelapoesie.assoc.univ-bpclermont.fr/actualites/mars-2016-les-po%C3%A8tes-invit%C3%A9s.html#

Programme des lectures, rencontres, ateliers, formations avec des enfants et des adultes et un projet d’écriture dans le 84 à Vaison-La-Romaine et Malaucène (Vaucluse) en février :

http://bdp.vaucluse.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1420:poete-qui-es-tu-edition-20152016&catid=83:actualites

Puis dans le 05 (Hautes-Alpes) en mars :

– 10 mars :  BDP Gap. Formation bibliothécaires, enseignants et professeurs partenaires.

– 11 mars : Lecture. Librairie Davagnier. Gap. 18H00

– 12 mars : Atelier d’écriture. Bibliothèque de Puy-Sanières (adultes) 14H30

– 22 mars :  École Puy-St-Eusèbe (Poète qui es-tu ?)

– 24 mars : École Puy-St-Eusèbe (Poète qui es-tu ?)

– 24 mars : Lecture / rencontre. Bibliothèque d’Embrun (adultes) 18H30.

– 25 mars (am) : Ecole Les Orres.

– 29 mars (am) : Ecole Les Orres.

– 31 mars : Abbaye de Boscodon, scolaires (am)

– 01 avril : Librairie Charabia. Embrun. Atelier + lecture. 18H30

– 02 avril : Abbaye de Boscodon. Lecture avec des ponctuations sonores d’Eric Caligaris. 19H

-08 avril : Médiathèque de Châteauroux-Les-Alpes. Lecture. 18H30

 

Enfin dans le 04 (Alpes de Haute-Provence) en avril-mai :

– Castellane. Digne (en cours de programmation)

 

AVIS DE PARUTION janvier 2016

 

 

 

BBÊTES 

Editions Gros Textes 2016,

poèmes avec des dessins de Victor Lanneau.

 

En commande en librairie ou directement chez l’éditeur (voir sur l’image)

bbetes_tap

QUAND LES VOLETS

De Saignon à Saint-Emilion.

D’une femme galeriste polonaise originale à une dame mécène et collectionneuse amatrice d’arts et de lettres née dans les vignes du Bordelais.

Elle et moi avions enfants, pour terrain de jeux, chacune une cave. Elle celle du fameux vin de Soutard. Moi Les dessous des Moulins de Nice. Un château s’en va avec son histoire avec sa famille. Les vignes demeurent. Le château passe dans d’autres mains. Il fallait garder quelque chose. Une mémoire. La petite et la grande histoires. L’oxygéner. Les enfants. Une commande. Un partage. Marcus Kreiss pour le film et moi pour le livre. Frédérique Nalbandian pour un dessin.

IMG_1448

IMG_1452

IMG_1450

IMG_1451IMG_1455

IMG_1456

IMG_1466

IMG_1458

IMG_1459

DSCN5888

DSCN5883

DSCN5887

DSCN6052DSCN6023

DSCN6021

LAURENT CHABOT PEINTRE

100_7491
Cela fait plusieurs décennies que son sang est jaune. De temps en temps il bataille avec du rouge mais le jaune l’emporte. Nous emporte. Une fureur. Une folie. Une obsession. Quelque chose de fort qui va au-delà du paysage rural ou urbain. Pas la peine de me citer Van Gogh and co. Trop facile. Laurent Chabot interroge et ouvre le champ, les champs à la lumière. Le soleil c’est vivre mais on s’y brûle. On y laisse la peau. Comme à la lucidité dirait Char ( « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil »), Char qui n’est pas mon poète préféré.

Phébus, Icare et des histoires de réchauffements. La toile comme une glace. On n’y a jamais aussi bien vu qu’une fois ébloui. On ne s’y voit qu’avec des lunettes.

http://www.laurentchabot.com/

A l’atelier de la Sernam (Pantin)

2015-06-14 19.20.07

100_7356

 

2015-06-14 18.03.32

2015-06-14 17.50.40

100B7570

100B7540

100_7392

 

2015-06-14 17.57.33

 

2015-06-14 18.06.10

100B7760